Construire son image est un exercice nécessaire mais pas évident. Voici quelques balises auxquelles se raccrocher pour organiser son cadre. 

 

La composition dans les règles de l’art

 

Il n’existe aucune formule magique pour réussir une photo, s’assurer qu’elle « fonctionne ». Cependant, au fil du temps, s’est dégagé un corpus de « règles », de « recettes » auxquelles se référer pour bien composer une photo. C’est à dire « bien organiser les éléments à l’intérieur de son cadre ». La liste est longue des conseils de composition. En voici 5 vers lesquels se tourner en cas de doute ou de panne d’inspiration.

 

(Copyright Pascal Jadin)

 

 

1. La règle des tiers

C’est le précepte tarte à la crème pour dissuader quiconque de centrer son sujet. Pour cela, il doit envisager son cadre photographique divisé en 9 segments égaux par 2 lignes verticales et 2 lignes horizontales. La règle des tiers impose de positionner les éléments essentiels de votre scène le long de ces lignes ou à leurs points d’intersection. Avec pour effet d’imprimer un sens de lecture et une présence forte au sujet principal. Beaucoup d’appareils peuvent afficher cette grille de composition sur écran et viseur.

 

(Copyright Pascal Jadin)

 

2. Plein cadre

Si votre sujet principal est perdu au milieu d’éléments insignifiants ou attirants davantage le regard, votre composition sera ratée. Pour éviter cela, remplissez utilement votre cadre en focalisant uniquement sur votre sujet. Par exemple, en portrait, en photographiant serré. La profondeur de champ a aussi un impact majeur. Faible, elle isolera le sujet de son environnement, avec priorité à un avant-plan net et un arrière en flou de bokeh. Inversement, une grande profondeur de champ contextualise le sujet en montrant ce qui l’entoure. Question de choix. 

(Copyright Pascal Jadin)

 

3. Symétrie, lignes, motifs et textures

La photographie est une écriture et les lettres qui composent ses phrases sont souvent des motifs composés de lignes, de symétries, de reliefs. Et ils sont partout, prêts à servir la composition. De l’architecture aux vêtements, de la répétition d’objets aux lignes des routes ou des sillons agricoles. Une symétrie formelle d’éléments a le pouvoir d’aimanter. Elle se niche aussi dans le jeu de réflexion sur une surface aquatique, dans des fenêtres miroir ou dans des jeux d’ombres portées. Mais la symétrie peut aussi gagner à être… brisée. Se concentrer sur un point focal disruptif, une anomalie peut aussi la dynamiser et la souligner. Enfin, suivez les lignes ! Elles attirent naturellement l’œil et conduisent le regard du spectateur vers les points forts et de fuite de l’image. Horizontales, verticales, diagonales, courbes, elles impriment ici un équilibre, là, un mouvement.

 

(Copyright Pascal Jadin)

 

4. Le cadre naturel dans le cadre

Appuyez-vous sur des éléments présents pour créer un cadre dans l’image, de préférence naturel : ouverture dans un mur, trouée dans du feuillage, porte, fenêtre, tunnel, voûte, miroir… Le regard du spectateur sera naturellement dirigé vers le sujet privilégié. Cette matière autour du sujet accentuera l’effet de profondeur. Mais on peut aussi prendre le contrepied du remplissage utile de toute la surface de l’image. Opter pour un minimalisme strict peut aussi créer son petit effet. Dans tous les cas, pensez à avoir un avant-plan et à choisir judicieusement votre endroit et votre point de vue, - élevé, au ras du sol, de face, de dos, de côté, de près, de loin…

 

(Copyright Pascal Jadin)

 

5. Transgresser les règles

L’intérêt des règles n’est-il pas de les connaître pour ensuite mieux les dépasser, les transgresser ? La photographie est un espace de liberté. Parfois, pris d’un doute ou en perte de repères, les règles basiques de composition peuvent nous remettre sur la voie. Mais en prendre le contre-pied, les contourner, les convertir à son intuition, peuvent être des leviers créatifs tout aussi puissants.  Car, si tout le monde se conformaient aux règles que la photographie serait uniforme et ennuyeuse !

 

(Copyright Pascal Jadin)