6 gestes pour prendre soin de votre matériel photo

 

Votre dernier voyage a laissé des traces sur votre boîtier ou vos optiques ? De la poussière, des empreintes, un peu de graisse, autant de salissures qui s’accumulent au fil des sorties... Mais vous n’avez jamais le temps de nettoyer ! Le confinement vous donne l’occasion de bichonner votre précieux équipement pour le faire durer.  

 

 

Isolez-vous dans un lieu « aseptisé »

Le nettoyage de votre matos est un travail minutieux. Ennemi numéro un ? La poussière. Alors, optez pour une pièce sans courant d’air. Pourquoi pas la salle de bain, où les particules sont moins volatiles à cause de l’humidité ? À condition d’être bien installé (et surtout pas après la douche). Assurez-vous aussi d’être au calme pendant un petit temps...

 

Équipez-vous

Oubliez le chiffon de la cuisine et le spray pour les vitres, vous avez besoin d’outils dédiés. Votre kit de nettoyage ?

  • Un lenspen, un stylo muni d’un pinceau et d’une feutrine non abrasive… très efficace ;

  • Une (grande) poire soufflante ;

  • Du liquide de nettoyage photo ;

  • Des lingettes pré humidifiées non pelucheuses et non tissées ;

  • Des chiffons en microfibre doux et antistatiques ;

  • Et des « tampons » pour votre capteur.

 

Commencez par le boîtier

L’idée ? Éviter que les saletés extérieures ne se retrouvent sur parties sensibles. Frottez les plastiques avec un chiffon légèrement imbibé du liquide et servez-vous de la poire pour les petits recoins. Soyez patient et n’oubliez pas le viseur… avec délicatesse et un petit coup de lenspen.

 

Passez au « cœur »

Le capteur : l’élément central, mais aussi le plus fragile. Avant de plonger dans les entrailles de la bête, faites un test pour évaluer l’étendue des dégâts. Points noirs ou flous ? Place au « ménage ». Si c’est la première fois, votre cœur va battre la chamade.

  • Retirez l’objectif et, le cas échéant, verrouillez le miroir ;

  • Placez toujours le boîtier « la tête à l’envers » pour éviter que des particules ne viennent s’y loger ;

  • Avec votre poire, soufflez à plusieurs reprises à l’intérieur, sans jamais toucher le capteur ;

  • Laissez la gravité faire le reste ;

  • Refaites le test et recommencez le processus autant de fois que nécessaire.

 

Les traces persistent ? Un nettoyage en profondeur s’impose au moyen des tampons. Attention, opération très délicate et pour nerfs solides. Si vous ne voulez pas prendre de risque, confiez votre précieux à un professionnel pour quelques dizaines d’euros.

 

Bichonnez vos optiques et le reste

Muni de votre kit, attaquez-vous à vos focales.

  • Soufflez les grosses poussières avec la poire… et pas avec votre bouche ;

  • Affinez le nettoyage avec le pinceau du lenspen ;

  • Avec la feutrine du « stylo », éliminez les résidus graisseux des lentilles arrière et frontale, en faisant de cercles délicats de l’intérieur vers l’extérieur ;

  • Les lingettes serviront à décrasser la baïonnette et les contacteurs.

 

N’oubliez pas les différents bouchons : ceux-ci sont en contact direct avec les lentilles. Et comme vous avez le temps, pensez aussi à faire briller vos filtres, votre sac et votre trépied.

 

Un dernier conseil pour la route

Rien de tel que de « prévenir » au maximum : placez des filtres UV sur vos lentilles et des protections d’écran, évitez de tout emporter à la plage, ne traînez pas en changeant d’objectif et toujours boîtier vers le bas, etc. Enfin, entretenez régulièrement votre précieux équipement…