Une chasse aux photos avec Tom et son père Martin Dellicourt

 

La nature vue par Tom Dellicourt, un photographe de 12 ans. Se lever au point du jour et attendre patiemment : voilà qui ne plairait qu’à moitié à la plupart des jeunes de 12 ans, mais notre très jeune talent photographique Tom Dellicourt le fait avec plaisir. Avec son père, le photographe nature Martin, il part en chasse photographique dans les forêts ardennaises et les Abruzzes italiens. Son arme de prédilection : le nouvel hybride Nikon Z50.

 

 

Tom Dellicourt aime la nature et adore la photographie. Ce n'est pas vraiment étonnant pour quiconque connaît son père. Photographe nature, Martin Dellicourt vit avec son épouse Anne et leurs trois fils à l'orée d'une forêt ardennaise. Tom est l’aîné des enfants « Tout petit déjà, j’accompagnais mon père en reportage. Depuis environ cinq ans, je prends aussi des photos. J'ai toujours utilisé l'appareil de mon père, un grand reflex avec téléobjectif. C’est très lourd, surtout si on se promène avec pendant des heures. Depuis quelques mois, je peux tester le Nikon Z50. Il est beaucoup plus léger. Je ne le sens même pas quand je le porte à l’épaule. Pourtant, la qualité des images est superbe. »

 

À l’affût des loups

Grâce à leur passion commune pour la photo nature, Tom et Martin ont déjà partagé de nombreux moments magiques. À la fin de l'année dernière, ils ont exploré pendant une semaine une réserve naturelle dans la région italienne des Abruzzes dans l’espoir d’y croiser des loups. « Tout à coup, l'un d'eux a traversé la route en courant, suivi d'un autre qui poursuivait un chevreuil. Bien sûr, c'est formidable de partager un tel moment avec son père. Son travail m'inspire. J'aime aussi beaucoup Vincent Munier, un photographe nature français qui fait des clichés spectaculaires en hiver. »

Pourtant, souligne Tom, il n'y a pas besoin d’aller bien loin pour prendre de belles photos animalières. » Par contre, c’est toujours pratique d’avoir un père qui connaît les forêts du coin comme sa poche. « Papa en sait beaucoup sur la nature. Il sait donc où et quand on a des chances de voir certains animaux. Il y a quelques jours, nous avons saisi sur le vif un pic noir, un oiseau rare. Dans ces moments-là, je règle le Z50 en mode silencieux, pour éviter d’effrayer l'oiseau quand je déclenche. Des animaux plus ordinaires peuvent eux aussi être très photogéniques. Cette mésange charbonnière en vol ? Je l’ai prise dans notre jardin. »

 

 

La photo en tête

Avec un père comme Martin, découvrir la nature est toujours un plaisir. Un plaisir qui se mérite. La plus grande difficulté pour Tom ? Se lever tôt ! « C'est dur, parce que je dors profondément et je n'entends pas mon réveil. Papa doit donc me réveiller. Parfois cinq fois de suite. (rires) Il m'a aussi appris une autre vertu : la patience. Parfois, il faut rester à l’affût en silence pendant des heures avant qu'un animal ne pointe son museau. »

Sur le plan technique, Tom est toujours en apprentissage. Au début, il utilisait constamment les réglages automatiques. Il pouvait ainsi se concentrer sur le cadrage dynamique (« l'animal ne doit pas nécessairement être au centre de l'image ») et la mise au point (« sur l'œil »). « Depuis peu, je m’exerce aussi à l'éclairage. Hier, je voulais photographier un coucher de soleil, mais les couleurs n'étaient pas bonnes et il y avait toujours des parties surexposées. Mon père m'a expliqué comment jouer avec l'ouverture et la vitesse d'obturation. C’est fascinant, parce que c'est ainsi qu’on peut prendre la photo qu’on a en tête. Sinon, l'appareil décide à votre place. »

 

 

Le regard d'un enfant de douze ans

Martin Dellicourt ne veut pas imposer ses passions, mais il est quand même heureux que Tom soit fasciné par la nature. « Les gens se posent bien des questions sur l'avenir du monde. Quand je vois des enfants et des jeunes s’en préoccuper, cela me donne de l’espoir. »

Tom apprend de Martin, mais Martin apprend lui aussi de son fils. « Je sais par expérience où et quand je pourrai trouver une lumière spécifique, un bel arbre ou un animal précis. Le point de vue d’un enfant de 12 ans est tout à fait différent. Par exemple, des motifs lumineux capricieux en arrière-plan vont stimuler son imagination. Il est attentif à des détails que je ne remarque plus. Alors que je prépare tout méticuleusement, lui gère les choses spontanément. C'est rafraîchissant. »

 

 

Tom et Martin nous parlent du Nikon Z50

Les atouts selon Tom

  • « Le Nikon Z50 est très léger et compact. Idéal pour une longue balade nature. »
  • « Il produit des vidéos de haute qualité. »
  • « La mise au point est très silencieuse et il y a un mode ‘photo silencieuse’. Ainsi, les animaux ne vous entendent pas quand vous déclenchez. »
  • « Quand il y a peu de lumière, on peut augmenter le réglage ISO sans grande perte de qualité. »
  • « Grâce à l'écran tactile inclinable, on peut aussi prendre des photos sous des angles difficiles. »
  • « J'utilise les deux objectifs compatibles : le Nikkor Z DX 50-250 mm pour photographier les animaux de près et le Nikkor Z DFX 16-50 mm pour la vidéo. »
  • « Le Z50 possède des connexions Wi-Fi et Bluetooth. Je peux donc rapidement tout stocker ou partager. »
  • « L’appareil comporte de chouettes filtres, par exemple pour augmenter le contraste. »

 

 

Les atouts selon Martin

  • « Le Z50 est très léger et compact, même avec ses objectifs, mais les images sont d’une qualité étonnante. Ceci élimine la grande frustration des photographes amateurs : la perte de qualité quand on agrandit l'image sur son ordinateur. »
  • « Le Z50 n'a pas de capteur plein cadre comme le Z6 et le Z7. Mais le plein cadre est surtout intéressant si on photographie souvent des paysages. Le capteur du Z50 est idéal pour un photographe nature et animalier exigeant. »
  • « Même dans de mauvaises conditions d'éclairage, l'autofocus fonctionne à la perfection. »

 

Gros plan sur Tom

  • Il a 12 ans et va bientôt terminer sa première année secondaire.
  • Il vit avec ses parents et ses frères de 4 et 1 an dans les Ardennes, près de la Baraque de Fraiture.
  • Il apprend les ficelles du métier de son papa, le photographe nature Martin Dellicourt.
  • Il publie des photos sur Instagram (@tom_sauvage) et des vidéos sur YouTube.

 

Un père et son fils sont unis par une même passion : la photo nature. Dans la famille, l’œil du photographe se transmet de génération en génération.

  • Martin (40 ans), chasseur d’images nature. « Il m'apprend beaucoup de choses, mais il y a des choses que je fais différemment. »
  • Tom, 12 ans, photographe nature, marche sur les pas de son père. « J'apprends beaucoup de lui, mais il y a des choses que je fais différemment. »
  • Le père et le fils partent ensemble à la chasse aux photos. « Je suis heureux que nous partagions l'amour de la nature. »
  • Les aventures photographiques d'un père et de son fils. « Observer des loups ensemble, c'était particulièrement émouvant. »