Un rêve réalisé par les drones. Mais comme l’explique notre expert Denis Closon(1), l’art du survol créatif a ses limites. Techniques et surtout réglementaires.

 

Conseil de pro : drone survol des hauts et des bas.

 

Paysages majestueux, donjons de château ou cimes d’arbres frôlés de près, cela donne des prises de vue étonnantes tant en vidéo qu’en photo.

Cependant, pour goûter ce plaisir en envoyant en l’air ses objectifs, rien n’est simple.

Pour tout qui veut tâter des drones plus évolués que le simple joujou limité au survol de leur jardin, il faut rappeler quelques réalités utiles pour faire les bons choix. 

 

Formation et licence obligatoires

Evacuons illico le chapitre qui enquiquine. Pour peu que vous vouliez manier un drone de plus d’un kilo, monter à plus de 10 mètres et sortir de votre zone privée, une formation complète d’utilisation de votre objet filmant très identifié pour obtenir une licence est obligatoire

Et payante. « J’ai obtenu la licence la plus complète utile à mon boulot de photographe pro. Cela m’a couté autour de 5000 euros, note Denis Closon, mais cela ne valide que le pilotage du drone. Au-delà, il faut souvent obtenir des autorisations spécifiques et parfois payantes, de survol de certaines zonesTout est fort réglementé.» (2 -Voir liens utiles)

 

 

Quels drones… 

Toujours paré à vous envoler vers un autre monde d’images ? Oui, OK. Il faut ensuite bien choisir son matériel en fonction de votre usage et du degré de qualité visuelle et d’ergonomie recherché. Comme pour les appareils photos traditionnels, tout est question de prix. 

Plus on monte en gamme, plus c’est cher. « Sous les 350 euros, on n’aura que l’équivalent d’un smartphone volant. On monte d’un cran avec la gamme DJI, - Spark, Mavic Air puis Mavic Pro - , ou les Yuneec , Breeze puis Typhoon (à six hélices). Pour un drone un peu performant tant côté pilotage que prises de vue, il faut avoisiner les 1000 euros, estime Denis Closon, équipé d’un Mavic Pro de 1200 euros.

 

 

… pour quelles images ?

De par sa nature, le potentiel technique visuel d’un drone n’est pas aussi étendu que celui d’un appareil photo/vidéo. « L’optique des drones est dédicacée aux prises de vue aériennes de paysages et d’architectures pour tout photographier/filmer avec netteté à 90°. Pour cela, les objectifs sont ultra majoritairement fixes. Et leur qualité (capteur, diaph, etc.) varie en fonction du prix du drone. 

Plus on paie, plus le capteur sera grand, plus l’image sera de qualité, plus les réglages et les fonctionnalités seront nombreuses. Il existe aussi des drones sur lesquels on peut fixer son appareil photo », explique le photographe proL’exercice limite le champ des possibles, mais offre une plus-value complémentaire à la créativité photo et vidéo. « Un drone a tendance à mieux filmer que photographier. L’engin a aussi de sérieux atouts pour dynamiser les images et leur donner un cachet extraordinaire. C’est là que la qualité du pilotage est importante, pour passer entre les objets, trouver des prises de vue originales. La meilleure ne sera pas d’office celle prise à 90 mètres de haut, mais peut-être une progression entre les arbres, à 5 ou 10 mètres de haut vers la tour d’un château. Autre effet, autre lumière, autre plaisir créatif ». 

 

 

Lumière et autres conseils 

En vol, la lumière est un paramètre essentiel : « La luminosité ambiante est capitale en extérieur, surtout en plan large en hauteur. S’envoler par temps gris ou sombre, c’est l’image plate et moche assurée. Car la prise de vue aérienne aplatit. Pour pallier cela, il faut une belle source de lumière qui amène des contrastes, réveille les couleurs, crée des ombres portées », conseille l’expert. 

Le drone commun est donc réservé au beau temps. Aussi car rares sont les drones tropicalisés et que tant les moteurs électriques que les objectifs font mauvais ménage avec l’humidité et la pluie. Pour le reste, veillez à des batteries bien chargées (la plus grande autonomie ne dépasse pas les 25 minutes), carte mémoire, formation, licence, autorisations, matos… Et, bon vol !

 

 

(1) Denis Closon – Photographe professionnel

www.oneshot.be

https://www.facebook.com/DenisClosonPhotographe/

 

(2)Réglementations 

https://mobilit.belgium.be/fr/transport_aerien/drones/jai_un_drone_et_maintenant

http://www.skipass.com/news/181106-drones-montagne-et-reglementation.html