La photographie est l’art de la communication. À l’état pur, il s'agit du cheminement d’une idée depuis l’esprit du photographe jusqu’au spectateur. Cette idée peut prendre n’importe quelle forme, être complexe ou simple, artistique, documentaire, commerciale ; mais la clarté avec laquelle elle est transmise dépend entièrement de l’habileté du photographe.

 

Amedeo Novelli, vendeur d’histoires

 

 amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α7R II + 55mm f/1.8 ZA | 1/800s @ f/2.0, ISO 400

 

S’appuyant sur son expérience de photojournaliste, Amedeo Novelli en a parfaitement conscience. Et grâce à ses appareils et objectifs Sony Alpha, il utilise cette approche dans son travail publicitaire et de mode pour créer des messages clairs et puissants pour ses clients.

« Dans mes travaux publicitaires, j’aide mes clients à transmettre leurs valeurs par l’intermédiaire de mes images, et j’adore ça ; l’un des aspects les plus intéressants est de combiner ma vision photographique à celle de la marque et de la campagne. »

 

amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α7R II + 55mm f/1.8 ZA | 1/2500s @ f/1.8, ISO 200

 

Bien évidemment, entre Amedeo et le client, il y a toujours une agence de communication en charge de gérer les directives du projet, « auxquelles on ne peut déroger. C’est d’ailleurs toujours par là que les réunions de préproduction commencent et d’où émanera la créativité du photographe. »

 

 amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α9 + 35mm f/1.4 ZA| 1/160s @ f/4.5, ISO 200

 

Pour ses travaux publicitaires, Amedeo puise dans diverses influences qui l’aident en tant que conteur visuel et communicateur d’idées. Son grand-père, ingénieur naval de profession a voyagé dans le monde entier, créant des milliers de diapositives qu’il lui a laissées en héritage, « en plus de son Rolleiflex, et surtout de sa passion pour l’image. »

Sa carrière de photographe commence presque par hasard, lorsqu’encore étudiant, il décide de financer un voyage sac au dos en Asie du Sud-Est en vendant certains clichés à des magazines.

Le « photojournalisme » explique Amedeo, « m’a appris que tout projet exige une bonne préparation. Celle-ci ne se limite pas uniquement à la recherche visuelle et aux idées, mais il s’agit avant tout de connaître l’histoire, les individus et les marques avec lesquels je collabore. » Dans la publicité, souligne-t-il, cela implique de s’intéresser aux valeurs d’un produit et de savoir comment les transmettre à travers une image.

 

 amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α9 + 24mm f/1.4 GM | 1/160s @ f/3.2, ISO 200

 

Bien sûr, poursuit Amedeo, que ce soit inconsciemment ou activement, apporter ses propres influences à un projet « signifie naturellement que chaque photographe ajoutera sa touche personnelle à la recette de base du cahier des charges du client pour créer une vision unique. Je pense réellement que la culture, la formation technique et l’expérience se combinent toutes pour devenir des ingrédients essentiels. Pour ma part, je combine ma passion pour le photojournalisme et pour la transmission d’informations avec des éléments tirés de mes projets personnels en photographie urbaine et sociale. »

 

 amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α7R II + 55mm f/1.8 ZA | 1/3200s @ f/1.8, ISO 200

 

Dans des environnements publicitaires, Amedeo explique qu’il est essentiel « d’établir une connexion entre le produit et le public ; à savoir les personnes à qui il est destiné, et de susciter chez elles des émotions positives. » Pour lui, cela implique souvent d’ajouter du contexte à ses images en les rendant plus réalistes et en ne se concentrant donc pas uniquement sur les modèles eux-mêmes, mais aussi sur les espaces qu’ils occupent et la vie qu’ils sont susceptibles de mener.

 

 amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α7R II + 55mm f/1.8 ZA | 1/1600s @ f/1.8, ISO 50

 

« Mon expérience dans la photographie urbaine et les reportages influence mes clichés publicitaires qui sont rarement pris en studio, mais presque toujours dans des magasins, des habitations ou des bureaux, plutôt que directement dans la rue. L’objectif est de mettre les modèles et les produits en scène dans un contexte réaliste ; et c’est encore mieux si l’on parvient à leur faire raconter une histoire. »

 

 amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α9 + 24mm f/1.4 GM | 1/160s @ f/5.0, ISO 200

 

Usant de son expérience journalistique et de ses documentaires urbains et sociaux dans son travail publicitaire et de mode, Amedeo aime utiliser des objectifs grand-angle, « spécialement les modèles FE 16-35mm f/4 ZA OSS, FE 24mm f/1.4 GM et FE 35mm f/1.4 ZA, qui me permettent de représenter le sujet en contexte et de m’inspirer de son environnement ». Son matériel inclut également des objectifs classiques dédiés aux portraits, dont les FE 55mm f/1.8 ZA et FE 85mm f/1.4 GM.

Bien plus importants encore, ce sont ses appareils α9 et α7R III qui l’aident à rassembler ses influences et à créer des histoires. Mais quel est l’intérêt d’utiliser des boîtiers hybrides pour un travail comme celui-ci ? Amedeo explique que la qualité est un facteur déterminant.

 

 amedeo-novelli

© Amedeo Novelli | Sony α7R II + 55mm f/1.8 ZA | 1/1250s @ f/1.8, ISO 50

 

« La grande qualité des fichiers garantie par les capteurs Sony et la petite taille des appareils vous permettent d’ être plus discrets tout en gagnant en mobilité. Mais ce qui m’a réellement convaincue, c’est l’idée même du système hybride. L’idée de pouvoir enfin visualiser en temps réel les conséquences de mes choix d’ouverture et d’obturation à travers le viseur électronique était incroyable. J’ai adoré cette approche dès ma première utilisation du Sony NEX 3, et lorsque le RX-1, puis le premier α7 sont arrivés sur le marché, j’ai délaissé le reflex pour de bon. »

 

amedeo-novelli

 

 

Italie

Finalement, l’homme est toujours au centre de ma recherche photographique. Si je devais définir mon travail, j’utiliserais le mot « social » dans le sens large du terme. Tout ce qui tourne autour de l’homme m’intéresse, depuis ses émotions à ses liens avec l’environnement. J’ai choisi un dispositif hybride, car cela me permet d’être plus discret et réactif au moment de saisir les émotions que je veux ensuite transmettre au travers de mes photos. Je chasse sans cesse la lumière. Elle transforme l’ordinaire en magie.