Capter toute la magie de Noël et de Nouvel-an. Un vœu exaucé à condition de maîtriser la lumière et de bien choisir son matos. Alexis Haulot, photographe pro, sort de sa hotte quelques conseils étoilés. 

 

Réveillons, vos images

 

Les fêtes, ce sont des ambiances, des couleurs, des éclairages tamisés voisinant avec les vives lumières des décos de Noël jusqu’aux fusées du feu d’artifice du 31 décembre… De quoi mettre des fourmis dans les doigts et des éclairs dans l’œil de tout photographe. Mais relever ce défi est une question photosensible vu qu’absolument tout tournera autour de la lumière, à bien anticiper pour réveillonner comblé par votre appareil. Pour cela, quelques conseils utiles. 

 

 

Dompter la lumière 

Ne vous bercez pas d’illusions, les conditions lumineuses de vos réveillons seront délicates. Car les éclairages se combinent, que les sources utilisées (lampes à abat-jour, bougies…) sont souvent pauvres en lumière et créent une dominante rouge/orange très présente. «Ne dégainez pas pour autant tout de suite votre flash qui risque de bousiller l’ambiance chaleureuse des réveillons. Pour récupérer de la lumière, il y a des alternatives, préconise le photographe Alexis Haulot. Essayez d’abord de monter en sensibilité jusqu’à 4000 iso ou plus, ce qu’acceptent, sans altération du grain ou bruit, beaucoup de boîtiers. Ensuite, travaillez sur l’ouverture du diaphragme de l'objectif pour faire rentrer un max de lumière. Avec des ouvertures de 1.4 à 2.8, à vous de beaux arrière-plans flous colorés sur lesquels isoler votre sujet principal (sapin, amis, famille, etc.). Enfin, abaissez la vitesse mais gare dès 1/60è au flou de bougé ». En tous cas, utilisez si possible un trépied, idéal pour shooter les sujets statiques ou en vitesse lente. 

 

 

 

Matériel polyvalent 

Côté boîtiers, vive les reflex polyvalents bien que la compacité des bridge ou hybrides est appréciable en déplacement. Côté objectifs, on peut opter pour un objectif très lumineux 50mm ouvrant à f/1.8. (Notamment le très bon et peu coûteux Sigma). «Un excellent compromis ! », confirme notre expert. « Mais un zoom trans-standard style 28-70mm, avec ouverture max de f/2.8 sera plus adapté. Le grand-angle permet de travailler avec peu de recul par rapport à son sujet (et aux fêtes on est souvent bien serrés à table…) tandis que la position (petit) télé sera utile pour de jolis portraits. A cet effet, les optiques les plus chères sont souvent les meilleures. Un objectif de qualité qui ouvre à f/2.8, voire moins, rendra merveilleusement vos réveillons contrairement à ceux bloqués à f/4.5 ». Reste la solution ultime du flash, pour peu qu’on en maîtrise l’usage intelligent. Oubliez celui intégré à vos boîtiers, ce tueur d’atmosphère, et optez pour un flash cobra à orienter vers plafond ou mur blanc. En basse vitesse, il fait son boulot sans casser l’ambiance d’arrière-plan et avec un rendu honnête du sujet photographié en avant-plan.

 

 

 

Bouquet final

Autre bel exercice, immortaliser tous les éclats du feu d’artifice du Nouvel-an. En extérieur et par nuit noire, privilégiez un objectif grand angle (fixe ou sur « télé ») sans s’obséder de son ouverture maximale. Sans flash évidemment mais impérativement sur trépied ! « Une télécommande serait utile pour déclencher le boîtier sans la moindre vibration, car capter toute la magie d’un feu d’artifices nécessite des temps de poses assez longs, 2 à 10 secondes selon les moments pour bien couvrir le trajet des fusées », analyse Alexis Haulot. Reste à ajuster le réglage. « En priorité, réglez manuellement la mise au point sur l’infini et désactivez l’autofocus pour éviter de patiner à chaque prise de vue vers le ciel noir. En sensibilité, 100 ou 200 iso seront suffisants vu la forte luminosité du feu d’artifice et le long temps de pose. Le diaphragme peut être fermé au-delà de f/8. Cela assurera profondeur de champ et possibilité d’intégrer avantageusement un avant-plan qui accentuera le relief et la personnalité de vos images. »