Compatible multimarque, à prix très sage, l’autoproclamé « maître du bokeh » sublime les portraits autant que les photos de sport. De quoi mettre les pros en lévitation.

 

Sigma signe une nouvelle optique d’exception 

 

Creusant le sillon fertile des objectifs à grande ouverture 1.4, Sigma a élargi le cercle de ses focales fixes à un neuvième membre. Et c’est peu dire que le nouveau-venu en impose, à tous les niveaux. En terme stratégique, avec son nouveau téléobjectif moyen compatible multimarque, Sigma investit intelligemment une niche absente chez Canon et Sony tout en faisant la nique à Nikon et son seul équivalent : le Nikkor 105 mm 1.4 E ED… bien plus chérot à 2159 euros. Là où Sigma propose son 105 mm f/1.4 DG HSM Art à 1499 euros ! Un rapport qualité/prix imbattable pour ce précieux caillou aux formidables facettes. Les voici. 

 

Une image qualité supérieure

Sigma a baptisé son nouveau spécimen, le « maître du bokeh ». L’appellation n’est en rien usurpée. Le nouveau 105 mm 1.4 produit en effet des flous d’arrière-plan magistraux auxquels répondent un piqué d’image et un contraste tout aussi magnifiques. Pour offrir ce résultat, Sigma a embarqué dans son fût de 13 cm de long pour 116mm de diamètre une ambitieuse formule optique composée de 17 lentilles réparties en 12 groupes ainsi qu’un diaphragme circulaire à deux lamelles. Les images bénéficient d’une résolution magique, d’une luminosité périphérique exceptionnelle et d’une remarquable homogénéité. Tant pour des portraits aux couleurs très naturelles, des ciels étoilés que des images sportives très mobiles et rapides grâce à son autofocus fulgurant et cette focale téléobjectif moyen d’ouverture maximale f/1.4. De plus, ce 105 mm est aussi compatible avec le système de correction d’aberrations optiques de Canon.

 

Une robuste polyvalence

Pour tenir sa promesse d’excellence et de polyvalence, l’optique d’exception destinée aux capteurs plein format se présente toute en muscles pour affronter toutes les situations. Tropicalisé, l’objectif est hyper à l’aise à l’extérieur quelles que soient les conditions météo, qu’il vente, pleuve, gèle… L’élément lentille avant jouit même d’un traitement déperlant. Plus généralement, il est aussi compatible avec Canon, Sony E et même Nikon. Donc même si vous changez de marque de boîtier, il continuera à enchanter vos photos. 

 

Du lourd

Seul (petit) revers de la belle médaille, la technologie du nouveau 105 mm de Sigma fait son poids : 1,645 kilo, là où son équivalent Nikon est autour de 1 kilo… mais bien plus cher. A vous de voir si vous préférez du plus lourd en main et du plus léger pour le portefeuille, ou le contraire. Sigma, conscient de son embonpoint, a cependant prévu des accessoires inclus dans le prix pour soulager votre monture de boîtier. Notamment un collier de fixation pour trépied, un ruban de protection, tandis que le pare-soleil, également fourni, est fait d’une nouvelle matière allégée en polymère renforcée de fibre de carbone.