Réussir des photos de nuit est un vrai défi. A main levée, sauf à avoir un appareil et un objectif très performants, c’est l’échec assuré à 90%. Un seul accessoire peut vraiment vous ouvrir au plaisir des prises de vues nocturnes : le trépied… On vous éclaire !

 

La nuit tous les shoots sont gris, sauf si…

 

La photo de nuit rebute ou fait peur car le photographe sait que l’obscurité est synonyme de difficultés. Souvent extrêmes. Pourtant, il n’y a pas de raison de se priver du plaisir énorme à parvenir à capter les ambiances nocturnes des villes et de leurs lumières, de plans d’eau sous la lune ou les réverbères, des ciels bleus nuit, des contrastes de la cité endormie et de sa vie, de l’heure bleue du crépuscule à l’aube rose. 

Pour s’attaquer à cet univers à la luminosité variable mais très basse, il y a deux solutions. Essayer de suivre le b-a ba traditionnel de la prise de vue en jouant sur les trois paramètres de l’exposition en photo :

- ralentir au maximum vitesse d’obturation : à main levée, le problème est qu’en dessous d’une certaine vitesse basse, c’est le flou de bougé et la photo ratée assurée. 

- ouvrir le diaphragme de votre objectif : placer votre ouverture vers un petit chiffre « f/ mais le type de boîtier et surtout l’ouverture maximale de votre objectif fixeront la limite des possibilités. Avec un f/3.5 comme maximum, galère garantie. 

- augmenter la sensibilité ISO : c’est la solution pour laissez entrer plus de lumière vers votre capteur. Mais plus vous augmentez les ISO, plus le bruit numérique envahira votre photo.

Ces trois choix et leur dosage vont impacter (altérer) votre photo plus ou moins fort, sauf à manier un duo appareil/objectif très performant et stabilisé, genre Canon 5D Mark IV (super plage ISO) couplé à un objectif Canon 85mm f/1.8. 

 

ArtPhotoPrints - Philippe Moes - Oeil de rocher 

 

Trépied, votre ami pour la nuit

Bonne nouvelle, votre allié est tout trouvé. Oubliez la prise de vue aléatoire à main levée, le trépied est là pour vous sauver. Avec lui, vous pouvez faire ce que vous voulez en termes de réglages… et moins vous concentrer sur votre matériel. A condition que votre trépied soit bien stable et adapté au poids de votre matériel (objectif + boitier), à vous les réglages optimaux désirés en fonction de l’effet recherché. Un ISO au plus bas, une ouverture par exemple de f/11 pour vous assurer la netteté de l’ensemble de la scène grâce à une grande profondeur de champ et enfin une vitesse en phase avec les deux autres paramètres. Bienvenue aux poses longues et vitesses très basses grâce au trépied. A assortir d’un autre accessoire indispensable : une télécommande pour déclencher sans avoir à toucher l’appareil. 

 

 

ArtPhotoPrints - Philippe Moes - La nuit des carquois

 

Ainsi équipé, à vous les plaisirs infinis de la photo de nuit, des lumières urbaines, des bokeh qui modulent l’obscurité, des reflets aquatiques à sublimer en miroir. Grâce à votre trépied à l’effet apaisant invitant à soigner son cadrage, sa composition et la netteté de l’image recherchée. 

Dernier conseil technique important : de nuit, shooter absolument en RAW, format idéal pour pouvoir retravailler en post-traitement toutes zones sous-exposées de photos.