Tamron 24mm f/2.8 Di III OSD M1:2, la fiabilité japonaise à petit prix

 

Tamron poursuit sur sa lancée et compte bien étoffer son offre de focales à destination des hybrides plein format de Sony. Après trois zooms, place aux objectifs fixes « prime ». Derrière les 20 mm et 35 mm, voici donc le 24 mm…

 

La renommée de Tamron n’est plus à faire et l’entreprise japonaise, spécialisée dans la fabrication d’objectifs photo et de composants optiques, continue de miser sur des focales de qualité pour tirer pleinement profit des capteurs full frame Sony. Le Tamron 24mm f/2.8 Di III OSD M1:2, troisième de cette lignée de modèles fixes, suit la même approche : encombrement réduit et prix plancher, mais sans compromis sur la qualité. Ce n’est donc pas un hasard si l’optique, présentée lors du salon annuel Photo Plus de New York, ne pèse que… 215 grammes et s’affiche sous la barre des 500 €. Même topo du côté de la longueur, puisque ce 24mm fait à peine 6,4 centimètres. 

 

Le meilleur de Sony

Livré avec un pare-soleil en forme de fleur, le Tamron 24mm f/2.8 Di III OSD M1:2 promet de tirer le meilleur des capteurs 24x36 des hybrides Sony. Et pour cause, toutes les focales Di III pour Sony à monture E sont compatibles avec l’ensemble des technologies du géant japonais : du fast hybrid AF à la fonction Eye AF en passant par la mise au point manuelle directe (DMF). Un gage de rapidité au niveau des performances de l’autofocus, selon les premiers tests. Le 24mm f/2,8 Di III OSD M1:2 a un autre atout de taille. A savoir une très courte distance de mise au point, puisqu’il permet de se rapprocher jusqu’à 12 cm du sujet. Intéressant, compte tenu du soyeux bokeh annoncé…

 

 

Au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit

Gage de rapidité, mais de robustesse également. Pensé pour la prise de vue en extérieur, le Tamron est pourvu de joints étanches aux emplacements critiques. Les 10 lentilles, organisées en 9 groupes, resteront donc à l’abri de l’humidité, grâce à une tropicalisation renforcée. La surface de la lentille frontale est aussire couverte de fluor afin de résister à l’huile et à tout autre liquide. Si la portabilité de la focale est assurée, la fiabilité de la conception japonaise devrait également être au rendez-vous, à en croire les deux autres modèles du trio (20 mm et 35 mm).

 

 

Ergonomie au poil

Compacte et ultralégère, cette focale offre un confort d’utilisation indéniable, agrémenté par une bague de zoom confortable et située sur l’avant, ainsi qu’un recul suffisant de la lentille frontale pour protéger l’optique. La taille de filtre est de 65mm, ce qui permet de partager le même ensemble de filtres avec tous les objectifs Tamron conçus Sony. Un casse-tête en moins… Aucune autre commande ne figure sur cet objectif, en accord avec la philosophie « minimaliste » de celui-ci.

 

 

Suffisant ?

C’est toute la question ! En effet, avec ses objectifs à monture E pour hybrides Sony, Tamron vise un marché bien précis : les photographes au budget serré en quête d’un véritable grand-angle, fiable et ultra-compact. Avec une ouverture intéressante à f/2.8, il comble donc une lacune dans la large palette de focales disponibles pour les plein format Sony. Bien que très compétitif sur le prix, il devra tout de même jouer des coudes, notamment avec le Sony FE 24mm GM et son ouverture à f/1.4. Un modèle plus haut de gamme, mais trois fois plus cher. En conclusion, le Tamron 24mm f/2.8 Di III OSD M1:2 pourra mettre dans la balance : son petit prix, sa bonne conception, sa « fonction macro » et son extrême portabilité.